30/09/2016 - Célébrer la Messe... mais comment ?

1. Méconnaissance des rubriques du missel de Paul VI

Il est surprenant de constater que beaucoup de prêtres ignorent les rubriques du missel actuel et n’en ont jamais lu la présentation générale. Un jeune prêtre témoignait récemment qu’il avait appris à célébrer la Messe en deux heures, trois semaines avant son ordination. Pour conduire une voiture, il faut connaître le code de la route... Pour célébrer la Messe, il faut connaître les rubriques. Sans cela, les « accidents liturgiques » sont inévitables et souvent, hélas, excusables par un manque de formation. Trop de prêtres et de fidèles considèrent que les rubriques sont accessoires et que seul le climat fraternel et convivial contribue à une « belle célébration ».

2. Redécouverte de la richesse du missel de Paul VI

Il est certain que la plupart des prêtres diocésains estiment « bien célébrer » l’Eucharistie. Mais qu’en est-il dans la réalité ? Il faut reconnaître que beaucoup d’abus liturgiques et d’inexactitudes sont maintenant entré dans les habitudes... Or, le renouveau de l’Eglise passera par un renouveau liturgique. C’est par la célébration que se façonne l’être chrétien. C’est parce qu’il entre dans le mystère du rite que le fidèle ouvre son intelligence aux vérités de la foi. On devient chrétien par osmose... La liturgie est source d’évangélisation, à condition que celle-ci reflète la foi de la l’Eglise et pas les idées du moment de celui qui célèbre. Dans ce sens, il est du devoir de tout prêtre de se former et de lire attentivement les rubriques du missel, sans considérer à l’avance que « c’est connu » ! Cette lecture est vivifiante pour la spiritualité et permet de recentrer le prêtre sur l’essentiel de sa vie à savoir la célébration des Saints Mystères de l’Autel.

3. Ecole de sainteté

Un religieux, spécialiste en liturgie, aime répéter que « la liturgie est crucifiante ». En effet, se conformer en tous points aux rubriques du missel est une école de sainteté car cela demande de renoncer au désir d’adapter le rite à sa sensibilité. L’Eglise demande à ses fils de célébrer selon les règles qu’elle donne, sans ajout ni suppression. Le prêtre doit s’effacer pour laisser place au Christ, centre de toute célébration.  La liturgie restaurée par le bienheureux pape Paul VI est noble et sobre. Sa simplicité ouvre la porte du mystère de notre foi... Quand elle est bien célébrée, elle est source de sanctification et permet aux fidèles de vivre pleinement le mystère pascal, la mort et la résurrection du Christ.