17/11/2016 - Les deux Tables

Le chapitre 6 de l’évangile de Saint Jean est une bonne préparation à la Communion. Jésus enseigne qu’il est le Pain de vie. Il est bon de le lire régulièrement pour peu à peu entrer dans le mystère eucharistique.


Dieu nous donne la vie et nous invite tout d’abord à la table de sa Parole (Jn 6, 35-47) puis à la table de l’Eucharistie (Jn 6, 48-69). Chacune des deux parties du discours de Jésus commence par la même affirmation : « Je suis le Pain de vie » et termine par un appel à la foi. Celle-ci nous permet d’entendre la Parole de Dieu et ouvre nos yeux pour reconnaître le Christ dans le Pain consacré. L’une et l’autre table nous donnent la vie éternelle et nous conduisent à la résurrection. Les deux pains, celui de la Parole et celui de l’Eucharistie sont rompus et distribués par le prêtre.

A la Messe, chaque fidèle est invité à ses deux tables. La table de la Parole est offerte pendant la première partie de la célébration (lectures, psaume, évangile, homélie). Transformé par cet enseignement, le chrétien peut alors ouvrir son cœur et s’approcher de la table de l’Eucharistie. Heureux celui qui s’en approche dans la paix et dans la joie d’y recevoir le Corps du Christ.


Ces deux tables, la Parole et l’Eucharistie, sont les trésors de l’Eglise. L’une est la table de la Loi divine qui nous fait entrer dans le mystère de Dieu par la Révélation. L’autre est la table de l’autel sur laquelle repose le Victime sans tache, le Pain sanctifié, le Corps précieux de Jésus-Christ.

Dans l’Imitation de Jésus-Christ, traité spirituel de la fin du 14ème siècle, l’auteur nous offre une prière qui résume admirablement ce propos (IV, 11) : « Je te rends grâces, Seigneur Jésus, lumière de l’éternelle lumière, de nous avoir donné, par le ministère des prophètes, des apôtres et des autres docteurs, cette table de la doctrine sainte. Je te rends grâce, ô Créateur et Rédempteur des hommes, de ce qu’afin de manifester ton amour au monde, tu as préparé un grand festin où tu nous offres  pour nourriture ton très saint Corps et ton Sang. »