05/03/2016 - Certaines homélies sont de véritables pénitences...

En ce temps de carême, je me pose les questions suivantes en écoutant prêcher certains prêtres : pourquoi n'osent-ils pas exposer la doctrine catholique ? Cherchent-ils à plaire en proposant une doctrine édulcorée ? Ont-ils peur d'affirmer la foi catholique ? Je me permets de citer ci-dessous les extraits d'une homélie que j'ai ouïe à l'occasion du mercredi des cendres :

"Ne voyons pas le carême comme un temps de pénitence, mais comme un temps d'humanisation de la société."
"Cela me fait bien rire de se priver de nourriture ! Qu'est-ce que cela peut nous apporter ? "
"Dans certains ouvrages, on parle toujours de sacrifice. Quand l'Eglise abandonnera-t-elle enfin ce langage désuet ?
"Le carême est avant tout un temps pour rencontrer l'autre."

Inutile de préciser que face à de tels propos, il faut être prudent car la FOI est en danger ! Que cherche un prêtre qui prêche de la sorte ? C'est finalement la véritable question à se poser. Il cherche à plaire, à paraître dans l'air du temps ! Le problème est que ces prêtres n'ont pas compris que les temps avaient changé. Les catholiques ne cherchent plus un catholicisme tronqué, falsifié ; mais ils cherchent à s'affermir dans la foi. La jeunesse veut rencontrer des témoins de Jésus-Christ et non des "accompagnateurs de sens" qui renient la doctrine. Comme le disait le Père Michel Marie Zanotti Sorkine dans l'un de ses livres : " Au diable la tiédeur !". Soyons missionnaires ! Soyons affermis dans notre foi ! N'ayons pas peur d'être les témoins du Christ dans notre époque ! Le cœur de notre foi se trouve dans les Evangiles, le catéchisme et la Liturgie... Malheureusement, combien de prêtres consultent encore régulièrement le catéchisme ? Combien respectent le missel ?