09/04/2017 - Petit historique du Vendredi Saint

Petit historique du Vendredi Saint

Le Vendredi Saint, l’Eglise fête la rédemption du monde par le sacrifice sanglant du Calvaire. Les sources les plus anciennes d’une liturgie du Vendredi Saint remontent à la fin du IVème siècle à Jérusalem.

On y suivait heure par heure le déroulement de la passion du Christ. Au VIIème siècle à Rome, les livres liturgiques attestent une célébration papale (très sobre), célébrée en la basilique Sainte-Croix-de-Jérusalem, dans l’après-midi. On y lisait la Passion selon saint Jean ainsi qu’une prière universelle. Mais il existait des célébrations à caractère plus populaire dans les paroisses romaines où l’on exposait la croix sur l’autel, lisait une liturgie de la Parole (avec la Passion selon saint Jean), et où on communiait aux deux espèces (consacrées le Jeudi Saint) après la récitation du Pater et après avoir baisé La Croix. Durant le Moyen-âge, les pays francs suivront cette célébration à caractère plus populaire, plus proche des fidèles. Au XIIIème siècle, les fidèles ne communient plus afin de garder toute l’importance à la communion du saint jour de Pâques. Seul le prêtre consomme une hostie consacrée la veille.

Au XVIème siècle, la liturgie du Vendredi Saint ne se tient plus l’après-midi, mais elle est anticipée en matinée. Les fidèles participeront alors plutôt au chemin de croix qui se tient à 15h (heure supposée de la mort du Christ) ou à l’office des Ténèbres du lendemain. La réforme commencée en 1955 par Pie XII et complétée par Vatican II aboutit à une célébration équilibrée qui commence généralement vers 15h ou en début de soirée. Le Vendredi Saint a longtemps été appelé : « Feria sexta in Parasceve » en référence aux juifs qui préparaient le même jour la veille du grand sabbat, le Parascève. En 1955, l’Ordo adopte une nouvelle terminologie : « Vendredi de la Passion et de la Mort du Seigneur ». Ce n’est que depuis 1970 que nous sommes revenus à la nomination ancienne qui nous vient du Sacramentaire gélasien : " In Passione Domini ".