22/07/2017 - Un bouleversement plutôt qu'un changement...


Un bouleversement plutôt qu'un changement...

Si vous prenez le temps d'étudier le XXe siècle sur un plan anthropologique et sociologique, vous constaterez que les bouleversements opérés durant cette période ont modifié radicalement les façons de vivre et de penser des hommes. Les guerres et les avancées techniques ont créé une formule redoutable pour modifier nos habitudes de vie. Aujourd'hui dans l'Eglise, nous subissons les conséquences de ces décennies ; précisons que cette période de bouleversement n'est pas prête de s'achever...

En convoquant le Concile Vatican II, l'Eglise avait bien saisi que des changements majeurs allaient bouleverser la société. Cependant, a-t-elle correctement identifié les situations et les problèmes ? Était-ce possible de les identifier clairement à l'époque ? Il est facile de poser un regard historique, mais agir au moment où les faits se présentent est une mission complexe. Pourtant cela n'a pas empêché le Concile de produire des documents d'une grande richesse, mais reconnaissons-le certains pèchent parfois par un excès d'optimisme. 

Nos églises ne se sont pas vidées uniquement à cause d'un changement liturgique...mais à cause d'une société qui s'est profondément modifiée. Les membres de l'Eglise ont également  vécu, subi, promu ces bouleversements ; un exemple manifeste est l'abandon de l'habit religieux qui illustre à merveille une forme de sécularisation du clergé. Nous pourrions citer d'autres exemples : le manque d'obéissance, la "créativité" en liturgie, une théologie en rupture avec le Magistère...

Nous constaterons que la foi se porte bien mieux dans les pays pauvres, dans les pays où la technologie n'est pas omniprésente et dans les pays où les chrétiens sont persécutés. Cela ne veut pas dire que la foi va disparaître avec notre société "moderne", mais elle doit trouver d'autres voies pour toucher les hommes. Le confort, le plaisir à tout prix, le matérialisme détournent l'homme du lien fondamental qu'il doit entretenir et nourrir avec son créateur. Notre société occidentale n'a peut-être jamais eu tant besoin de Dieu qu'aujourd'hui. 

L'Eglise a besoin de fidèles, prêtres, religieux et religieuses pour annoncer l'Evangile et susciter de nombreuses conversions. Dans une situation aussi catastrophique que la nôtre, l'Eglise a plus que jamais besoin de saints !