25/07/2017 - Comment évangéliser nos contemporains ?


Comment évangéliser nos contemporains ?

De nos jours, le chrétien doit régulièrement répondre de sa foi face à ceux qui ont abandonné la religion. Une discussion argumentée semble un passage inévitable. Malheureusement et au risque de décourager les bonnes volontés, cet échange sera stérile. En effet, dans 99% des cas, les gens ne sont pas sensibles aux arguments, même s'ils sont excellents. Quoiqu'en disent les intéressés, la perte de la foi est rarement le fruit d’un questionnement rationnel.  D’emblée, l’incroyance est justifiée par des détails : le mariage des prêtres, la messe est ennuyeuse, le côté désuet de telle ou telle dévotion (tel le Sacré-Cœur...), l'Eglise est rétrograde... Il faut reconnaître que les questions fondamentales sont rarement abordées : Qui a créé la terre ? L'homme ? Qu'est-ce qui me différencie des autres créatures ? Mon âme... Qui est Dieu ? Qui est Jésus ? La mort est-elle la fin de tout ? Le paradis ? L'enfer ? Pourquoi être catholique plutôt que musulman ? Voici, parmi tant d’autres, des questions essentielles à se poser...

En règle générale, les gens abordent la question religieuse par les détails alors qu’il est vital d’approfondir les grandes vérités de la foi. Le dessinateur trace avant tout les grandes lignes ! Ce n’est qu’ensuite qu’il prête son attention aux détails du portrait qu'il est en train de réaliser. Le danger du matérialisme ambiant est de détourner de l'essentiel pour attirer l’attention uniquement sur l'accessoire... 

Puisque les discussions sont rarement fructueuses, intéressons-nous brièvement à plusieurs moyens d’évangélisation : la force de l’exemple, la beauté du culte divin et la qualité de l’enseignement catéchétique.

Il est capital que les chrétiens vivent comme le Christ le demande. Nous devons être reconnus dans la société par notre charité, par notre façon de vivre. Si nous sommes configurés au Christ, notre façon de vivre et d'agir interpellera nos semblables.

Il est tout aussi important de soigner nos liturgies et de lancer des activités missionnaires. Beaucoup de gens se convertissent suite à une expérience forte. Vous me direz que nous sommes dans le ressenti....et vous avez tout à fait raison ! En soi, le ressenti n'est pas mauvais, il peut même être une bonne approche de la religion. Il ne faut cependant pas s’y arrêter car si nous voulons que la conversion tienne dans la durée, la dimension rationnelle (un enseignement de la foi) est incontournable. Nous parlons évidemment d'un véritable enseignement de la foi, le catéchisme de l'Eglise catholique et non pas d'un semblant de catéchèse enseigné par une assistante paroissiale incompétente... (Il faudra un jour approfondir cette question mais on se demande parfois quels sont les critères de recrutement des assistantes paroissiales : L'incompétence ? Le côté ringard ? Être divorcée ? Acariâtre ?).

Rappelons tout simplement que le catéchisme doit être enseigné par les prêtres, religieux et religieuses ! Et si ceux-ci viennent à manquer, par des fidèles correctement formés !