08/10/2017 - La Messe dans l'histoire

La Messe dans l’histoire

Dans son ouvrage très instructif sur l’histoire de la Messe (« La Messe dans l’histoire », Editions de Solesmes), Dom Guy Oury conclut par un appel à la fidélité à l’Eglise et à la Tradition : 

« Paul VI et Jean-Paul II n’ignoraient pas les abus auxquels la réforme liturgique a donné prétexte, et l’anarchie qui ravage de vastes secteurs de la prière de l’Eglise; s’ils se montrent à ce point optimistes à l’égard de la liturgie rénovée, c’est surtout parce qu’elle ouvert plus largement au peuple chrétien l’accès à ses incomparables richesses, parce que celui-ci est à même d'y apporter une participation plus plus profondes et plus entière.

Mais ils s’inquiètent des initiatives subjectives auxquelles se livrent un certains nombre de prêtres ou d’assemblées liturgiques; ils désirent que tout rentre dans l’ordre pour le plus grand bien de l’Eglise et des âmes.

Pris dans sa réalité intégrale, l’Ordo mise de Paul VI innove finalement assez peu ; on n'y trouve tous les éléments de la messe romaine du cinquième siècle, quelques-unes des prières de dévotion introduites au Moyen Âge, les règles précises du missel de Saint Pie V, transformées et adaptées à la situation nouvelle qui est celle du XXème siècle… Les possibilités du nouveau missel sont très grandes ; il peut se prêter à une très belle célébration de la messe, mais pour cela il exige beaucoup de l'assemblée comme du célébrant ; le but à atteindre vaut qu'on y mettre le prix : les chrétiens des âges passés nous ont donné l'exemple, à nous de le suivre, sans lésiner sur l’efforts ! »